Image default
Santé

Déficits immunitaires : définition, cause, symptômes, traitement

C’est une pathologie qui empêche le corps de combattre normalement les infections et les maladies. Un déficit immunitaire nous rend beaucoup plus susceptibles aux virus et aux infections bactériennes.

Il peut être qualifié de congénital ou d’acquis. Quand un tel déficit est inné, on l’appelle parfois un déficit congénital ou primaire. Un déficit acquis s’appelle parfois un déficit secondaire. Les déficits secondaires sont plus fréquents que les déficits primaires (UpToDate, 2012).

Système immunitaire

Système immunitaire

Pour comprendre les déficits immunitaires, il faut comprendre les éléments fondamentaux du fonctionnement du système immunitaire. Ce dernier est composé de plusieurs organes, notamment la rate, les amygdales, la moelle osseuse et les ganglions lymphatiques. Ces organes produisent et libèrent des globules blancs appelés lymphocytes B et T. Ces cellules B et T combattent des envahisseurs appelés antigènes. Exemples d’antigènes : bactéries, virus, cellules cancéreuses ou liquides corporels d’une personne malade. Les cellules B libèrent des anticorps spécifiques à la maladie détectée par le corps. Les cellules T tuent les cellules du corps attaquées par la maladie.

Divers types

Divers types

Les déficits immunitaires primaires sont innés, c’est-à-dire présents à la naissance. Exemples de déficits primaires :

  • agammaglobulinémie liée à l’X (Maladie de Bruton)
  • déficit immunitaire combiné sévère (DICS)
  • déficit immunitaire commun variable (DICV)
  • alymphocytose (maladie du bébé bulle )

On parle de déficits immunitaires secondaires quand le corps est attaqué par une source extérieure, comme un agent chimique toxique ou une infection. Les brûlures graves et les radiations peuvent aussi causer des déficits secondaires. Exemples de déficits secondaires :

  • sida
  • cancers du système immunitaire, comme la leucémie
  • maladies à complexes immuns, comme l’hépatite virale
  • myélome multiple

Risques

Les personnes ayant des antécédents familiaux de déficits primaires y sont plus susceptibles que la normale.

Tout ce qui affaiblit le système immunitaire peut entraîner un déficit immunitaire secondaire Par exemple, l’exposition à des liquides corporels (sang, sperme, etc.) d’une personne infectée par le VIH peut provoquer le sida.

L’ablation de la rate peut affaiblir le système immunitaire. L’ablation de la rate peut s’avérer nécessaire en réponse à diverses maladies ou lésions telles que la cirrhose du foie, l’anémie falciforme ou un traumatisme de la rate. Le vieillissement affaiblit également le système immunitaire. Avec l’âge, certains des organes qui produisent des globules blancs rétrécissent et en produisent moins.

Les protéines sont importantes pour l’immunité. Une quantité insuffisante de protéines dans le régime alimentaire peur réduire la force du système immunitaire. En outre, pendant le sommeil, le corps produit des protéines qui aident le système immunitaire à combattre l’infection. C’est pourquoi le manque de sommeil réduit les défenses immunitaires.

Les cancers, et la chimiothérapie utilisée pour les traiter, peuvent réduire l’immunité.

Les maladies suivantes sont également liées aux déficits immunitaires :

  • ataxie télangiectasie
  • maladie de Chediak-Higashi
  • déficit immunitaire combiné
  • déficits en complément
  • syndrome de DiGeorge
  • hypogammaglobulinémie
  • syndrome de Job
  • déficits d’adhésion leucocytaire
  • panhypogammaglobulinémie
  • maladie de Bruton
  • agammaglobulinémie congénitale
  • déficit sélectif en IgA
  • syndrome de Wiskott-Aldrich

Symptômes

Chaque déficit est accompagné de symptômes spécifiques. Le premier indicateur d’un système immunitaire problématique est la récurrence chronique de maladies, même de maladies peu graves, comme la conjonctivite, l’infection des sinus ou la diarrhée. Si les traitements ne résolvent pas ces problèmes, ou une guérison totale n’est pas obtenue avec le temps, le médecin pourra recommander un test de dépistage de déficit immunitaire. La récurrence de pneumonies ou de candidoses peut également suggérer la présence d’un tel déficit.

Diagnostic

Si le médecin soupçonne la présence d’un déficit immunitaire, son examen médical comprendra les éléments suivants :

  • revue des antécédents médicaux
  • examen physique
  • numération des lymphocytes T
  • numération leucocytaire

Un vaccin peut être utilisé dans le cadre d’une épreuve aux anticorps pour tester la réaction immunitaire. Le médecin vous injectera un vaccin et vous devrez revenir quelques jours ou semaines plus tard pour qu’il vérifie votre réaction au vaccin au moyen d’une analyse de sang. Si vous n’avez pas de déficit immunitaire, votre corps produira des anticorps pour combattre les organismes dans le vaccin. Si l’analyse de sang révèle une absence d’anticorps, cela peut indiquer un déficit immunitaire.

Traitement

Chaque déficit sera traité en fonction des pathologies particulières qu’il cause. Par exemple, le sida provoque plusieurs infections différentes, notamment le sarcome de Kaposi, qui se traite au moyen d’un complexe de doxorubicine liposomale, et la cryptococcose, qui se traite par le flluconazole.

Les traitements contre les déficits immunitaires comprennent fréquemment les antibiotiques et les anticorps de remplacement. Un médicament appelé interféron est souvent utilisé pour traiter les infections virales causées par un déficit immunitaire.

Quand la moelle osseuse ne produit pas suffisamment de lymphocytes, le médecin peut recommander une greffe de moelle osseuse.

Pronostic

La plupart des médecins conviennent qu’une telle personne peut mener une vie productive et bien remplie. L’identification et le traitement précoces du déficit et des troubles qu’il provoque sont très importants.

Prévention

On peut contrôler et traiter les déficits primaires, mais pas les prévenir. On peut prévenir les déficits secondaires de plusieurs façons. Par exemple, on peut éviter le sida en n’ayant pas de rapports sexuels sans protection avec une personne infectée.

Le sommeil est très important pour le système immunitaire. Selon la clinique Mayo, les adultes ont besoin d’au moins huit heures de sommeil par nuit (clinique Mayo, 2012).

Si votre système immunitaire ne fonctionne pas bien, il est important de garder vos distances avec les personnes malades.

Si vous souffrez d’un déficit immunitaire contagieux, comme le sida, vous pouvez respecter la santé des autres en employant des pratiques sexuelles sans risque et en ne partageant pas de liquides corporels avec les personnes qui ne sont pas séropositives.

Autres articles

Santé des personnes âgées : 3 astuces connectées

Tamby

Plonger dans les bras de Morphée au sein d’une literie adaptée

Tamby

Miction fréquente ou urgente : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Gastro-entérite virale : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Sevrage de la dépendance aux opiacés : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Le syndrome myasthénique de Lambert-Eaton : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Dosage des triglycérides : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Maladie de Hashimoto : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Les soins ostéopathiques : que faut-il savoir ?

Emmanuel