Image default
Santé

Sevrage de la dépendance aux opiacés : définition, cause, symptômes, traitement

Les opiacés sont une catégorie de médicaments qui sont fréquemment prescrits pour traiter la douleur. Opiacés disponible sur ordonnance : oxycodone, hydrocodone (combinée à acétaminophène), hydromorphone et morphine Certaines drogues, comme l’héroïne, sont également des opiacés. La méthadone est un opiacé qui est souvent prescrit pour traiter la douleur, mais qui peut également être utilisée pour traiter les symptômes du sevrage chez les personnes qui ont développement une dépendance aux opiacés.

Bien qu’ils soient très utiles pour traiter la douleur, ces médicaments peuvent causer une dépendance physique et une accoutumance. Selon la National Library of Medicine (NLM), environ neuf pour cent de la population des États-Unis utilise des opiacés de façon inappropriée ou en abuse (NLM, 2012).

Si vous arrêtez de prendre des opiacés ou si vous réduisez la dose, vous pourrez constater des symptômes physiques du sevrage. Ceci est particulièrement vrai si vous avez utilisé ces médicaments à des doses élevées pendant plus de quelques semaines. De nombreux systèmes dans votre organisme sont altérés lorsque vous consommez de grandes quantités d’opiacés pendant une période prolongée. Les effets du sevrage se produisent parce qu’il faut du temps à votre organisme pour s’ajuster à l’absence d’opiacés dans le corps.

Quels sont les effets du sevrage sur l’organisme ?

Les opiacés sont créés pour ressembler à des agents chimiques naturels dans le cerveau qui possèdent des sites de fixation appelés récepteurs d’opiacés . Trois parties importantes de votre organisme sont affectées par les opiacés :

  • le tronc cérébral, qui contrôle des fonctions telles que la respiration et les battements cardiaques. Les opiacés peuvent affecter cette partie du corps en ralentissant la respiration ou en réduisant la toux.
  • le système limbique, qui contrôle les émotions. Les opiacés peuvent agir sur cette partie du corps en créant des sentiments de plaisir ou de relaxation.
  • la moelle épinière, qui transmet des messages depuis le cerveau en direction du reste de l’organisme, et vice-versa. Dans cette partie du corps, les opiacés réduisent la douleur.

Causes

Lorsque vous prenez des médicaments opiacés pendant une période prolongée, votre organisme perd sa sensibilité aux opioïdes. Votre organisme aura de plus en plus besoin du médicament pour produire le même effet. Cette dépendance physique peut être très dangereuse, et elle accroît le risque d’overdose accidentelle.

Une utilisation prolongée de ces médicaments change la façon dont les récepteurs sensoriels fonctionnent dans le cerveau, et ces récepteurs dépendent alors de ces médicaments pour fonctionner. Les symptômes du sevrage sont la réaction physique du corps à l’absence du médicament.

Beaucoup de gens constatent une accoutumance à ces médicaments après les avoir pris pendant un certain temps pour atténuer des douleurs ou des symptômes de sevrage. Dans certains cas, beaucoup de gens ne réalisent même pas qu’ils devenus dépendants et ils confondent souvent les symptômes du sevrage avec ceux de la grippe.

Symptômes

Bien que les symptômes du sevrage de la dépendance aux opiacés varient suivant les gens, les symptômes évoluent généralement au même rythme. Tous les médicaments ne restent pas dans votre corps aussi longtemps. L’héroïne sera éliminée plus rapidement de votre corps, et les symptômes commenceront au bout de 12 heures. Si vous avez pris de la méthadone, il faudra peut-être une journée et demie pour que les premiers symptômes apparaissent.

En général, les premiers symptômes apparaissent dans les 24 heures suivant l’interruption de la consommation de la substance, et ils incluent ce qui suit :

  • douleurs musculaires
  • agitation
  • anxiété
  • larmoiement (formation de larmes dans les yeux)
  • écoulement nasal
  • transpiration excessive
  • insomnies
  • bâillements fréquents

D’autres symptômes apparaissent au moins 24 heures après l’interruption, et ils peuvent être plus intenses :

  • diarrhée
  • crampes abdominales
  • chair de poule
  • nausée et vomissements
  • pupilles dilatées et peut-être vision trouble
  • accélération du rythme cardiaque
  • hypertension

Bien qu’ils soient très désagréables et pénibles, les symptômes commencent généralement à s’estomper dans les 72 heures, et au bout d’une semaine vous devriez retourner à la normale.

Les bébés dont la mère avait une dépendance ou qui a utilisé des opiacés quand elle était enceinte constatent souvent des symptômes de sevrage eux aussi. Ils peuvent inclure des troubles de la digestion, une mauvaise alimentation, de la déshydratation, des vomissements et des crises.

Diagnostic

Pour diagnostiquer le sevrage de la dépendance aux opiacés, votre médecin effectuera un examen physique et vous posera des questions sur vos symptômes. Il prescrira peut-être aussi des analyses d’urine et des prises de sang pour déterminer si des opiacés sont présents dans votre système.

Il vous posera peut-être des questions sur votre utilisation de médicaments dans le passé et sur vos antécédents médicaux. Répondez franchement et honnêtement pour bénéficier du meilleur traitement et du meilleur soutien possibles.

Traitement

Le sevrage de la dépendance aux opiacés peut être très inconfortable, et beaucoup de gens continuent à prendre ces médicaments pour éviter des symptômes désagréables. La priorité est d’augmenter autant que possible le confort des personnes qui souffrent du sevrage.

Beaucoup de gens essaient de surmonter ces symptômes sans aide extérieure. Cependant, un traitement médical dans un environnement contrôlé peut augmenter votre confort et accroître les chances de succès.

Un problème de sevrage modéré peut être traité avec de l’acétaminophène, de l’aspirine ou de l’ibuprofène. Il est important de boire et de se reposer beaucoup. Certains médicaments (lopéramide) peut réduire la diarrhée, et l’hydroxyzine peut atténuer les effets de la nausée.

Des symptômes de sevrage plus intenses peuvent nécessiter de prendre un médicament appelé clonidine. La clonidine peut aider en réduisant l’intensité des symptômes de sevrage de 50 à 75 pour cent. La clonidine est particulièrement efficace pour réduire l’anxiété, les crampes, les douleurs musculaires, l’agitation, la transpiration, les larmoiements et l’écoulement nasal.

La buprénorphine est un opiacé qui ne produit pas beaucoup des effets d’accoutumance des autres opiacés, et qui risque donc moins d’être utilisé abusivement que d’autres formulations. Elle peut être utilisée pour traiter les symptômes du sevrage et peut réduire l’intensité et la durée de la désintoxication pour d’autres opiacés plus dangereux.

La méthadone peut être utilisée pour un traitement d’entretien de longue durée. Il s’agit toujours d’un opiacé très puissant, mais elle peut être réduite d’une manière contrôlée qui risque moins de produire des symptômes de sevrage intenses.

Une désintoxication rapide peut être effectuée sous anesthésie avec des médicaments bloquant les effets des opiacés (naloxone ou naltrexone). Il semblerait que cette méthode réduit les symptômes, mais elle n’a pas nécessairement un impact sur la durée du sevrage. Par ailleurs, comme des vomissements se produisent souvent pendant le sevrage, le risque de vomissements sous anesthésie augmente le risque de mort si cette méthode est utilisée. Par conséquent, la plupart des médecins hésitent à utiliser cette méthode étant donné que les risques sont supérieurs aux avantages.

Pronostic

Le sevrage de la dépendance aux opiacés est très désagréable, mais le pronostic vital n’est pas engagé. L’amélioration générale de votre état de santé physique et mental vaut bien la douleur et l’inconfort.

La recherche d’assistance en cas d’accoutumance aux opiacés améliorera vos perspectives à long terme et réduira votre risque de rechute ou d’overdose accidentelle. Demandez à votre médecin ou prestataire de soins de santé s’il existe des programmes de traitement ou des groupes de soutien dans votre région.

Complications

L’aspiration dans les poumons de matières vomies est la complication la plus grave du sevrage. Ceci peut entraîner un type de pneumonie très dangereux (pneumonie de déglutition).

La déshydratation résultant de vomissements et de diarrhée peut causer des problèmes cardiaques en raison de la perte d’électrolytes. Il est important de boire suffisamment d’eau pour remplacer le liquide que vous perdez.

Autres articles

Statistiques et faits concernant le diabète de type 2 : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Troubles des globules sanguins : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Qu’est-ce qu’une analyse ergonomique d’un poste de travail ?

Odile

Causes de l’insomnie : définition, symptômes, traitement

Irene

Collapsus pulmonaire/pneumothorax : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Présentation générale de la coronaropathie (CP) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Dosage de protéine dans les urines sur 24 heures : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Le ténesme : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Hyperémèse gravidique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene