Image default
Santé

LCR – Dénombrement cellulaire et différentiel : définition, cause, symptômes, traitement

Le liquide céphalorachidien (LCR) est un liquide transparent qui protège et entoure le cerveau et la moelle épinière. Il livre des nutriments et élimine les déchets. Ce liquide est constamment réapprovisionnné par le plexus choroïde dans le cerveau et absorbé dans la circulation sanguine. Le corps remplace complètement le LCR en quelques heures.

Le dénombrement cellulaire et le dénombrement cellulaire différentiel du LCR sont deux éléments dans une série de tests en laboratoire réalisés pour analyser le LCR d’un patient. Ces tests sont utiles pour diagnostiquer des maladies et des pathologies du système nerveux central, qui comprend votre cerveau et votre moelle épinière. Les pathologies du système nerveux central incluent la méningite, qui cause une inflammation du cerveau et/ou de la moelle épinière, et des cancers.

Bien qu’il soit difficile d’obtenir un échantillon de liquide spinal, l’analyse d’un prélèvement de LCR est l’un des meilleurs moyens de diagnostiquer correctement des problèmes spécifiques parce que le LCR est en contact direct avec le cerveau et la moelle épinière.

La méthode la plus répandue pour prélever du liquide céphalorachidien est par une ponction lombaire, parfois appelée rachicentèse.

Alternatives

Alternatives

Analyse du liquide céphalorachidien ; analyse du liquide spinal ; dénombrement cellulaire et dénombrement cellulaire différentiel – LCR ; dénombrement cellulaire et dénombrement cellulaire différentiel du LCR

Symptômes

Un dénombrement cellulaire et un dénombrement cellulaire différentiel du LCR sont souvent prescrits pour les patients ayant un cancer ou ayant subi un traumatisme au cerveau ou à la moelle épinière. Le test peut également être effectué lorsque des maladies contagieuses (telles que la méningite bactérienne), des hémorragies (saignements) ou des troubles immunitaires tels que la sclérose en plaques sont soupçonnés comme causes possibles des symptômes d’un patient.

Liste de symptômes pouvant justifier une analyse du LCR :

  • maux de tête graves
  • raideur de la nuque
  • hallucinations, confusion ou démence
  • crises
  • symptômes similaires à ceux de la grippe qui persistent ou s’intensifient
  • fatigue, léthargie ou faiblesse musculaire
  • changements du niveau de conscience
  • nausée sévère
  • fièvre ou éruptions cutanées
  • sensibilité à la lumière
  • engourissement ou tremblements
  • vertige
  • troubles de l’élocution
  • difficulté à marcher ou mauvaise coordination
  • sautes d’humeur ou dépression

Intervention

Une ponction lombaire dure généralement moins de 30 minutes et est effectuée par un médecin ayant reçu une formation spéciale en prélèvement de LCR.

Le LCR est prélevé habituellement dans la région lombaire. Il est très important de rester complètement immobile pour éviter une introduction incorrecte de l’aiguille ou un traumatisme de la colonne vertébrale. Prévenez votre médecin à l’avance si vous avez du mal à rester immobile.

Soit vous serez assis avec votre colonne vertébrale courbée en avant, soit vous serez couché sur le côté avec votre colonne vertébrale recourbée et vos genoux relevés contre votre poitrine. La cambrure de la colonne vertébrale permet au médecin de trouver suffisamment de place pour insérer une fine aiguille spinale entre les os de la région lombaire (vertèbres). Parfois, une fluoroscopie (rayons X) est utilisée pour guider l’aiguille en toute sécurité entre les vertèbres.

Lorsque vous êtes dans la position indiquée, le médecin ou l’infirmier nettoiera votre dos avec une solution stérile telle que de l’iode. Le site est maintenu stérile tout au long de la procédure pour limiter le risque d’infection.

Une crème engourdissante est appliquée sur la peau, puis une solution anesthésiante (antidouleur) est injectée. Lorsque le site est engourdi, le médecin introduit l’aiguille spinale.

Après l’introduction de l’aiguille, la pression du LCR (pression d’ouverture) est mesurée habituellement avec un manomètre (indicateur de pression). Une pression de LCR élevée ou basse peut indiquer certaines pathologies ou maladies, dont la méningite, une hémorragie intracrânienne (saignement dans le cerveau) et des tumeurs. La pression peut également être mesurée à la fin de la procédure (pression de fermeture).

Le médecin prélève alors des échantillons de liquide avec l’aiguille et une seringue qui lui est attachée. Plusieurs flacons de liquide peuvent être obtenus.

À l’issue de la collecte du liquide, le médecin retirera l’aiguille de votre dos. Le site de la ponction est nettoyé à nouveau avec une solution stérile et un pansement y est appliqué.

Vous devez rester allongé pendant une heure environ pour éviter des maux de tête, un effet indésirable fréquent de cette procédure.

Dans le cas rare où vous auriez une déformation dorsale, une infection ou une herniation possible du cerveau (lorsque des structures du cerveau se sont déplacées), il serait nécessaire d’avoir recours à des méthodes de prélèvement de LCR plus invasives. Ces méthodes nécessitent habituellement une hospitalisation. Elles incluent :

  • ponction ventriculaire : Un médecin perce un trou dans le cerveau et insère une aiguille directement dans l’un des ventricules du cerveau.
  • ponction cisternale : Un médecin insère une aiguille en dessous de la base du crâne.

Préparation

Une ponction lombaire nécessite une décharge signée indiquant que vous comprenez les risques de la procédure.

N’oubliez pas de faire savoir à votre médecin si vous prenez des médicaments anticoagulants tels que la warfarine (Coumadin) parce que vous devrez peut-être cesser de les prendre pendant quelques jours avant la procédure.

Avant la procédure, il vous sera demandé d’aller à la scelle et d’uriner.

Risques

Principaux risques associés à une ponction lombaire :

  • saignement depuis le site de la ponction vers le liquide spinal (ponction traumatisante)
  • inconfort pendant et après la procédure
  • réaction allergique au produit anesthésiant
  • infection sur le site de la piqûre
  • maux de test après le test
  • endommagement des nerfs autour de la colonne vertébrale (en particulier si vous bougez pendant la procédure)

Si vous prenez des anticoagulants, votre risque de saignement est plus élevé.

Il existe des risques additionnels graves pour les patients qui ont une masse dans le cerveau comme une tumeur ou un abcès (pus entouré de tissu irrité) faisant pression sur le tronc cérébral. Dans de tels cas, une ponction lombaire pourrait causer une herniation du cerveau. L’herniation du cerveau cause une pression intracrânienne accrue, qui risque de finir par couper l’alimentation du cerveau en sang. Ceci peut causer des lésions cérébrales ou même la mort. Si une masse dans le cerveau est suspectée, la ponction lombaire ne sera pas réalisée.

Les ponctions cisternales et ventriculaires présentent des risques additionnelles. Ces procédures peuvent endommager la moelle épinière ou le cerveau, causer un saignement dans le cerveau ou perturber la barrière entre le sang et le cerveau à l’intérieur du crâne.

Une ponction lombaire est extrêmement dangereuse pour les personnes ayant une numération plaquettaire basse (thrombocytopénie) ou d’autres problèmes de coagulation du sang.

Analyse en laboratoire

Analyse en laboratoire

Le dénombrement cellulaire et le dénombrement cellulaire différentiel pour le liquide céphalorachidien nécessitent un examen microscopique des globules sanguins et de leurs composants en laboratoire.

Dénombrement cellulaire pour le liquide céphalorachidien

Dans ce test, un technicien de laboratoire compte le nombre de globules rouges et de globules blancs présents dans une goutte de votre échantillon de liquide.

Dénombrement cellulaire différentiel pour le liquide céphalorachidien

Pour un dénombrement cellulaire différentiel du LCR, un technicien de laboratoire examine les types de globules blancs trouvés dans l’échantillonde RCR et les compte. Il examine également les globules étrangers ou anormaux. Des colorants sont utilisés pour aider à séparer le globules et les identifier.

Il existe plusieurs types de globules blancs dans le corps :

  • Les lymphocytes représentent normalement 25 pour cent ou plus du nombre total des globules blancs. Il existe deux types de lymphocytes : Les cellules B, qui produisent des anticorps, et les cellules T, qui identifient et éliminent les substances étrangères.
  • Les monocytes représentent normalement 10 pour cent ou moins du nombre total des globules blancs. Ils absorbent les bactéries et les autres particules étrangères.
  • Les neutrophiles sont les globules blancs les plus abondants chez les adultes en bonne santé. Ils jouent un rôle essentiel dans le système immunitaire du corps et constituent la première ligne de défense contre les pathogènes (agents qui causent des maladies, comme les virus).
  • Les eosinophiles représentent normalement seulement environ trois pour cent du nombre total des globules blancs. Ces globules résistent apparemment à certaines infections et parasites, et ils réagissent en cas de présence d’allergènes.

Résultats

Normalement, il n’y a pas de globules rouges dans le liquide céphalorachidien, et il ne devrait pas y avoir plus de cinq globules blancs par millimètre cube (mm3) de LCR.

Si votre liquide contient des globules rouges, ceci peut indiquer un saignement. Il est également possible que vous ayez un traumatisme causé par la ponction (écoulement de sang dans l’échantillon de liquide pendant le prélèvement). Si vous avez prélevé plus d’un flacon pendant la ponction lombaire, ils seront analysés pour déterminer s’ils contiennent des globules rouges afin de s’assurer qu’il n’y a pas de saignement.

Un nombre élevé de globules blancs peut indiquer une infection, une inflammation ou un saignement. Les conditions associées peuvent inclure :

  • hémorragie intracrânienne (saignement dans le crâne)
  • méningite
  • tumeur
  • abcès
  • sclérose en plaques
  • accident vasculaire cérébral

Dénombrement cellulaire différentiel

Des résultats normaux signifient que des nombres normaux de globules ont été trouvés et que les chiffres absolus et relatifs des divers types de globules blancs étaient normaux. Aucune cellule étrangère n’a été trouvée.

Des élévations, même mineures, de vos nombres de globules blancs peuvent indiquer certains types de maladies ou d’infections. Par exemple, une infection par des virus ou des champignons peut causer une élévation du nombre des lymphocytes (AACC, 2012).

La présence de cellules anormales peut indiquer des tumeurs cancéreuses.

Suivi

Si des anomalies sont découvertes par le dénombrement cellulaire du LCR et par le dénombrement cellulaire différentiel du LCR, d’autres tests seront peut-être nécessaires. Un traitement approprié sera administré en fonction de la pathologie identifiée comme causant vos symptômes.

Si le test suggère une méningite bactérienne, il s’agit d’une urgence médicale. Cette infection est difficile à diagnostiquer parce que ses symptômes sont similaires à ceux de la méningite virale, une maladie nettement moins dangereuse. Un traitement rapide est essentiel. Le médecin pourra vous prescrire des antibiotiques variés (médicaments traitant divers types de bactéries) tout en conduisant des tests supplémentaires pour identifier la cause exacte de l’infection.

Autres articles

Laryngite : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Maladie fibro-kystique des seins : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Sevrage de la dépendance aux opiacés : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Complications de l’asthme : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Le glaucome : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La tachycardie auriculaire paroxystique (TAP) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Santé des personnes âgées : 3 astuces connectées

Tamby

Tout savoir sur le métier d’infirmier

Tamby

Apnée obstructive du sommeil : définition, cause, symptômes, traitement

Irene