Image default
Santé

Entérocolite nécrosante néonatale : définition, cause, symptômes, traitement

L’entérocolite nécrosante néonatale (ENN) est une inflammation suivie de la mort (nécrose) de tissus intestinaux. Elle peut concerner simplement les muqueuses de l’intestin ou l’ensemble de la paroi intestinale. Dans les cas graves, une perforation intestinale peut éventuellement survenir (un trou se forme dans la paroi de l’intestin). Lorsque tel est le cas, les bactéries qui, d’ordinaire, sont seulement présentes dans l’intestin peuvent se répandre dans l’abdomen et causer une infection importante. Il s’agit d’une urgence médicale.

L’entérocolite nécrosante néonatale touche plus particulièrement les nouveaux nés prématurés. Elle apparaît généralement au cours des deux semaines suivant la naissance. Selon la Children’s Hospital Cleveland Clinic, jusqu’à 80 pour cent des cas concernent des prématurés. (CHCC). Pour le Boston Children’s Hospital, environ 10 % des enfants dont le poids est inférieur à 3 livres 5 onces développent une entérocolite nécrosante néonatale. (BCH)

L’entérocolite nécrosante néonatale est une maladie très dangereuse, qui peut progresser de manière foudroyante. Lorsqu’un enfant présente de possibles symptômes, une attention médicale immédiate est requise.

Causes

La cause précise de l’entérocolite nécrosante néonatale n’est pas claire. Il existe toutefois plusieurs théories. Un défaut d’oxygène lors d’un accouchement difficile pourrait être à l’origine du développement de la maladie. D’autres théories se rapportent à diverses questions liées au caractère prématuré de l’enfant ; ainsi, un développement incomplet des intestins pourrait-il être à l’origine de l’entérocolite nécrosante néonatale.

The Texas Pediatric Surgical Associates estime que le lactose contenu dans les préparations pour nourrissons pourrait est source de l’entérocolite nécrosante néonatale. Parce que les prématurés ne digèrent pas complètement cette substance, le reliquat peut constituer un milieu de croissance de la bactérie à l’origine de la maladie.

L’excédent de globules rouges (hématies) et la réception de transfusions sanguines sont également des facteurs de risque.

Cette maladie peut être contagieuse et gagner d’autres nourrissons. Cette conclusion découle du fait qu’il n’est pas rare que plusieurs cas surviennent dans une même maternité. Lorsqu’un autre enfant, placé dans le même service que votre bébé, développe cette pathologie, il est possible que votre nourrisson courre un risque.

Symptômes

Les symptômes incluent fréquemment des problèmes intestinaux, tels que :

  • des selles sanguinolentes ;
  • des diarrhées ;
  • une mauvaise alimentation ;
  • des vomissements.

Il est possible que l’abdomen de votre bébé soit gonflé et que, dans certains cas, il comporte des rougeurs, ou que la couleur de la peau soit altérée autrement.

Il peut également arriver que votre bébé présente également des signes d’infection. Signes d’infection :

  • apnée (pauses respiratoires) ;
  • fièvre ;
  • léthargie (indolence).

Diagnostic

Un médecin examine votre enfant dans le but de déceler d’éventuels symptômes d’entérocolite nécrosante néonatale. Il s’efforcera également de déterminer si l’abdomen du bébé paraît douloureux ou tendre.

Le médecin fera alors réaliser une radiographie abdominale. Les signes de la maladie apparaissent d’ordinaire sur les radiographies.

Des analyses de sang peuvent faire apparaître une faible numération plaquettaire ou un nombre élevé de globules blancs (leucocytémie). N’importe lequel de ces éléments peut aider le médecin à déterminer si votre bébé est atteint de la maladie.

Traitement

Il n’existe pas de traitement unique de l’entérocolite nécrosante néonatale. Le traitement que suggèrera votre médecin sera fonction de plusieurs facteurs. Ceux-ci incluent la progression de la maladie, l’âge de l’enfant et son état de santé général.

Votre médecin interrompra toute alimentation. Votre bébé sera nourri en aliments et fluides par voie intraveineuse. Votre bébé aura besoin d’antibiotiques pour contribuer à combattre l’infection.

Cette maladie affectant fréquemment plusieurs bébés d’une même maternité, il est possible qu’il soit nécessaire de le placer en isolement. Les médecins et autres collaborateurs pourront prendre des précautions supplémentaires pour prendre soin de votre bébé. Ces mesures sont destinées à contribuer à arrêter l’infection et à empêcher que d’autres bébés ne soient touchés.

L’abdomen gonflé de votre bébé peut être cause de difficultés respiratoires. Lorsque tel est le cas, votre enfant est alimenté en oxygène ou placé sous assistance respiratoire.

Lorsque la maladie prend une forme très grave, il est possible qu’une intervention chirurgicale soit nécessaire. Cela peut supposer l’ablation des parties nécrosées des intestins de votre bébé.

Tant qu’il n’est pas guéri, votre bébé fera l’objet d’un suivi au moyen de radiographies et d’analyses de sang. Les médecins sont ainsi à même de suivre l’évolution de la maladie et de s’adapter rapidement aux changements.

Pronostic

L’entérocolite nécrosante néonatale est toujours une maladie grave et dangereuse. Près d’un quart des bébés atteints de cette condition en meurent. (NIH, 2011)

Le pronostic pour votre bébé dépend, entre autres, de la forme de la maladie. The Texas Pediatric Surgical Associates indique que 60 % à 80 % des nouveaux nés atteints d’entérocolite nécrosante néonatale n’ont pas besoin d’intervention chirurgicale et qu’ils se remettent avec les traitements non chirurgicaux décrits. (TPSA)

Pour plus d’informations concernant l’état de santé de votre enfant, vous devez vous entretenir avec les médecins qui traitent votre enfant.

Autres articles

Thrombose veineuse profonde : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Le syndrome des ovaires polykystiques : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Troubles des globules sanguins : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La tachycardie auriculaire paroxystique (TAP) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Notions élémentaires sur le TDAH : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Magnétothérapie, acupuncture et autres médecines non conventionnelles pour traiter le reflux gastro-œsophagien

Irene

Sclérose en plaques – vue d’ensemble : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Ce qu’il faut savoir sur le cancer de la prostate

Odile

Miction fréquente ou urgente : définition, cause, symptômes, traitement

Irene