Image default
Santé

Dosage de la bilirubine dans le sang : définition, cause, symptômes, traitement

La bilirubine est un pigment présent dans le sang et les selles. Une jaunisse (c’est-à-dire, un jaunissement de la peau et des blancs des yeux) peut être causée par des taux élevés de bilirubine.

La bilirubine provient de la dégradation de globules rouges (hématies). La dégradation de cellules est un processus normal et sain. Après avoir circulé dans le flux sanguin, la bilirubine parvient au foie. Dans le foie, elle est excrétée dans le canal biliaire et stockée dans la vésicule biliaire. Finalement, la bilirubine est rejetée dans l’intestin grêle sous forme de bile pour contribuer à la digestion des graisses, avant d’être excrétée dans les selles.

La bilirubine associée au sucre est dite directe ou conjuguée , tandis que la bilirubine sans sucre est dite indirecte ou non conjuguée . L’ensemble de la bilirubine du sang est dite bilirubine totale .

Le dosage de la bilirubine sanguine permet d’obtenir une numération précise de l’ensemble des trois niveaux de bilirubine du sang : directe, indirecte et totale.

Objet

Lorsque la bilirubine n’est pas associée aux sucres du sang (conjuguée) dans le foie, et/ou n’est pas éliminée du sang de manière adéquate, il peut en résulter des dommages hépatiques. Le dosage de la bilirubine dans le sang permet donc de détecter d’éventuels dommages hépatiques.

Il n’est pas rare qu’un nouveau-né présente une jaunisse. Le dosage de la bilirubine dans le sang peut être effectué à plusieurs reprises lors des premiers jours de la vie de l’enfant pour vérifier que le foie commence à fonctionner de manière adéquate. Lorsqu’elle n’est pas traitée, la jaunisse du nouveau-né peut être extrêmement grave.

Une destruction en plus grand nombre des globules rouges peut également expliquer un taux de bilirubine plus élevé. Il s’agit d’une hémolyse.

Parfois, la bilirubine est mesurée dans le cadre d’une batterie de tests. Le foie est souvent évalué au moyen d’un ensemble de dosages au nombre desquels ceux de la bilirubine, du sérum glutamopyruvique transaminase (SGPT), de la phosphatase alcaline, de l’albumine, des protéines brutes, etc.

Interventions

Cette analyse requiert seulement une petite quantité de sang. L’échantillon sanguin est obtenu lors d’une prise de sang . À cette occasion, une aiguille est insérée dans une veine à travers la peau, dans le bras ou la main, et une petite quantité de sang est prélevée au moyen de l’aiguille et recueillie dans un tube à essai.

Préparation

Pour cette analyse, vous devrez jeûner (c’est-à-dire, vous abstenir de manger et de boire autre chose que de l’eau) durant les quatre heures précédant la prise de sang. Buvez une quantité normale d’eau avant de vous rendre au laboratoire ou sur le site du prélèvement.

Il est également possible que vous deviez vous abstenir de la prise de certains médicaments avant le prélèvement pour analyse. Pour cela néanmoins, vous devez vous conformer rigoureusement aux instructions du médecin. Entre autres médicaments susceptibles d’affecter les taux de bilirubine figurent des antibiotiques comme la pénicilline G, des sédatifs comme le phénobarbital, des diurétiques comme le furosémide, et des antiasthmatiques (théophylline par exemple). De multiples médicaments peuvent toutefois influer sur les taux de bilirubine. Consultez votre médecin avant le prélèvement afin de déterminer si vous devez suspendre votre traitement ou le poursuivre.

Risques

Lors du prélèvement, il est possible que vous éprouviez une légère douleur ou sensation de pincement, bien que cette sensation soit d’ordinaire de courte durée et ténue. Une fois l’aiguille retirée, il est possible que vous éprouviez une sensation pulsatile. Il vous sera demandé d’appliquer une pression à l’endroit où l’aiguille a perforé la peau. Un pansement sera apposé sur le site. Il devra, en général, demeurer en place 10 à 20 minutes et vous devrez vous abstenir de lever des charges lourdes avec ce bras durant le reste de la journée.

Les risques liés à un prélèvement sanguin sont extrêmement rares ; ils peuvent néanmoins prendre la forme :

  • d’évanouissements ou de sensations d’étourdissement ;
  • d’hématomes (accumulation de sang sous la peau) ;
  • d’infections (qui peuvent, d’ordinaire, être évitées par nettoyage de la peau avant insertion de l’aiguille) ;
  • de saignements excessifs (la persistance d’un saignement durant une longue période après le test peut indiquer une pathologie sanguine plus grave et doit être signalée à votre médecin).

Résultats normaux

Chez un adolescent ou un adulte, les valeurs normales de bilirubine directe (conjuguée) sont comprises entre 0 et 0,3 milligrammes par décilitre (mg/dL). Les valeurs normales en bilirubine totale (directe et indirecte) sont comprises entre 0,3 et 1,9 mg/dL.

Chez le nouveau-né, le taux de bilirubine est plus élevé du fait du stress de la naissance. Chez un nouveau-né, le taux normal de bilirubine est inférieur à 5 mg/dL ; néanmoins, approximativement 60 % des nouveaux nés sont atteints d’une forme de jaunisse et leur niveaux de bilirubine excèdent 5 mg/dL.

Résultats anormaux

Lorsque les taux de bilirubine dans le sang sont élevés, il est possible que votre médecin souhaite pratiquer de nouvelles analyses de sang ou une échographie. Chez l’adulte, un taux élevé de bilirubine peut être imputable à des problèmes hépatiques, des voies biliaires ou de la vésicule biliaire. Exemples :

  • toxicité médicamenteuse ;
  • des maladies du foie, comme l’hépatite ;
  • le syndrome de Gilbert (SG) (qui est une pathologie génétique affectant certaines familles) ;
  • une cirrhose (cicatrisation du foie) ;
  • une sténose biliaire (une partie du canal biliaire est trop étroite pour permettre l’écoulement du fluide) ;
  • un cancer de la vésicule biliaire ou du pancréas ;
  • des calculs biliaires.

Un taux élevé de bilirubine peut être imputable à des problèmes sanguins plutôt qu’hépatiques. Une désagrégation excessivement rapide de cellules sanguines peut être causée par : une anémie hémolytique (un nombre excessif de cellules sanguines est détruit du fait d’une maladie auto-immune, d’un défaut génétique, d’une toxicité médicamenteuse ou d’une infection) ou une réaction à une transfusion (il arrive que le système immunitaire attaque des cellules du sang reçu par transfusion).

Chez le jeune enfant, un taux de bilirubine élevé et une jaunisse peuvent être extrêmement dangereux. Il arrive qu’ils soient causés par la conjugaison de divers facteurs. Il existe trois types courants :

  • la jaunisse physiologique (2 à 4 jours après la naissance ; elle est causée par un bref retard de fonctionnement du foie et, d’ordinaire, elle n’est pas grave) ;
  • la jaunisse d’allaitement (au cours de la première semaine de vie ; elle est le résultat d’une incapacité de l’enfant à s’alimenter convenablement ou d’une quantité insuffisante de lait maternel) ;
  • la jaunisse du lait maternel (au bout de deux à trois semaines de vie ; elle est causée par le traitement de certaines substances contenues dans le lait maternel).

Chacune de ces formes peut être traitée et, dans ce cas, elle est d’ordinaire sans danger. Certaines conditions plus graves peuvent être à l’origine d’une bilirubine élevée et d’une jaunisse de l’enfant :

  • des formes anormales des cellules sanguines (comme une drépanocytose) ;
  • un défaut de correspondance entre le type sanguin de l’enfant et celui de la mère (érythroblastose du fœtus) ;
  • défaut de certaines protéines importantes en raison de défauts génétiques ;
  • saignement du cuir chevelu dû à un accouchement difficile ;
  • taux élevés de globules rouges dus à la petite taille de l’enfant et au caractère prématuré de la naissance ;
  • infection.

Chez l’adulte comme chez l’enfant, les symptômes liés à un taux élevé de bilirubine impliquent une jaunisse, un jaunissement de la peau et des yeux, de la fatigue, des démangeaisons cutanées, une urine foncée et un manque d’appétit.

Autres articles

La colite : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Dosage de potassium : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Complications du cancer de la prostate : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Ce qu’il faut savoir sur le cancer de la prostate

Odile

Le thermomètre frontal, l’accessoire indispensable pour votre sécurité

administrateur

Des gammes de produits pour vaporisateur à base de cannabis

Claude

Douleurs de la nuque et du cou : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Les soins ostéopathiques : que faut-il savoir ?

Emmanuel

Dextrocardie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene