Image default
Santé

Dosage de protéine dans les urines sur 24 heures : définition, cause, symptômes, traitement

Le dosage de protéine dans les urines sur 24 heures permet de vérifier le fonctionnement de vos reins et de dépister diverses pathologies. Des échantillons d’urine sont recueillis dans un ou plusieurs récipients sur une période de 24 heures. Les récipients sont conservés dans un environnement frais avant d’être envoyés au laboratoire pour analyse. Leur teneur en protéine y est mesurée par des spécialistes. Le test est simple et non invasif.

Le terme de protéinurie désigne la présence d’une quantité excessive de protéines dans les urines. La protéinurie est un signe de maladie et de dommage rénal.

Le test n’indique pas le type des protéines contenues dans l’urine. Pour le déterminer, votre médecin peut également prescrire des tests tels qu’une électrophorèse de protéines sériques et uriques. Le test n’indique pas l’origine des protéines.

Il arrive, occasionnellement, qu’une protéinurie ne soit pas un signe de dommages rénaux. Tel est notamment le cas chez les enfants. Il arrive que les niveaux de protéines soient supérieurs au cours de la journée à ce qu’ils sont durant la nuit. D’autres facteurs, tels qu’un stress extrême, peuvent également influer sur le résultat des tests.

Motifs

Un dosage de protéine dans les urines sur 24 heures est prescrit lorsque vous présentez des symptômes de glomérulonéphrite, qui est un type de maladie rénale, ou d’une autre condition affectant les reins, telle que :

  • un diabète incontrôlé ;
  • de l’hypertension ;
  • un lupus (maladie auto-immune) ;
  • une infection des voies urinaires.

À la différence d’un rapport albuminurie/créatininurie, qui requiert uniquement un échantillon d’urine, le dosage de protéine dans les urines sur 24 heures nécessite de recueillir systématiquement l’urine excrétée sur une période de 24 heures. Un dosage de protéine dans les urines sur 24 heures peut être effectué à titre de suivi d’un rapport albuminurie/créatininurie positif.

Administration du test

Administration du test

Le test ne nécessite rien d’autre qu’une miction normale. Il ne comporte aucun risque.

Le test peut être pratiqué à domicile ou à l’occasion d’un séjour à domicile. En général, un ou plusieurs récipients vous seront remis pour collecter et stocker votre urine sur une période de 24 heures.

En général, vous devez commencer le matin. Vous commencez par uriner normalement dans les toilettes et consignez l’heure par écrit. Vous devez ensuite recueillir le reste de votre urine durant les 24 heures qui suivent.

Conservez votre urine au cours de la période de 24 heures qui suit et stockez-là dans un environnement froid. Elle peut être tenue au frais au réfrigérateur ou dans une glacière au moyen de packs de glace.

L’étiquette placée sur le récipient doit comporter, à l’intention du laboratoire d’analyse, votre nom, ainsi que la date et l’heure de la dernière miction recueillie. Lorsque la collecte de l’échantillon s’effectue à domicile, un médecin ou autre professionnel de santé vous explique les mesures à prendre pour transporter l’urine.

Résultats du test

Résultats du test

Selon les instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH), le résultat d’un test normal est inférieur à 80 milligrammes de protéines par jour. Les dosages diffèrent légèrement d’un laboratoire à un autre. Demandez à votre médecin de vous expliquer la signification précise des résultats de votre test (NIH, 2011).

La présence de protéines dans l’urine peut indiquer une maladie ou des dommages rénaux. Des niveaux de protéines peuvent également augmenter temporairement du fait de facteurs tels qu’une infection, le stress ou un excès d’exercice.

Lorsque la présence de la protéine est le résultat d’un dommage rénal, la quantité de protéine indique d’ordinaire la gravité du dommage rénal. Des taux de protéine très élevés peuvent signaler une lésion rénale grave.

La protéinurie est associée à de multiples autres conditions. Et notamment :

  • à l’amylose (présence anormale de protéines amyloïdes dans certains organes et tissus) ;
  • à certaines tumeurs cancéreuses de la vessie ;
  • à l’insuffisance cardiaque congestive ;
  • au diabète ;
  • à certaines infections des voies urinaires ;
  • à la consommation de médicaments susceptibles d’endommager les reins ;
  • à la macroglobulinémie de Waldenström (MGW) (un type de cancer des leucocytes) ;
  • à la glomérulonéphrite (inflammation des vaisseaux sanguins des reins) ;
  • au syndrome de Goodpasture (maladie auto-immune rare) ;
  • à un empoisonnement aux métaux lourds ;
  • à l’hypertension ;
  • à une infection rénale ;
  • au myélome multiple (cancer des plasmocytes de la moelle épinière) ;
  • au lupus (maladie inflammatoire auto-immune) ;
  • à une maladie polykystique des reins (kystes des reins).

Préparation

Le médecin vous indiquera comment vous préparer pour cette analyse. Il est possible que vous deviez cesser de prendre certains médicaments susceptibles d’interférer avec les résultats de l’analyse.

D’autres facteurs peuvent également fausser les résultats des tests. Il s’agit notamment des suivants :

  • la déshydratation (résultant d’une consommation insuffisante d’eau) ;
  • un examen radiologique nécessitant l’emploi d’un milieu de contraste (colorant) au cours des trois jours précédant le test ;
  • un stress émotionnel extrême ;
  • certaines infections des voies urinaires ;
  • un exercice vigoureux ;
  • le mélange de l’urine à des sécrétions vaginales, du sang ou du sperme.

Autres articles

L’endométrite : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Troubles des globules sanguins : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Le thermomètre frontal, l’accessoire indispensable pour votre sécurité

administrateur

Quelles huiles essentielles contre la mauvaise haleine ?

administrateur

Comment choisir ses lentilles ?

Emmanuel

Qu’est-ce qu’une analyse ergonomique d’un poste de travail ?

Odile

Rupture de la vésicule biliaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Des gammes de produits pour vaporisateur à base de cannabis

Claude

L’hémorragie intracérébrale : définition, cause, symptômes, traitement

Irene